Uncategorizedvirtualisation serveurs

La virtualisation des serveurs entraîne

une réduction des coûts : mythe ou réalité ?

 

On parle souvent d’architecture virtualisée au sein des entreprises afin de réaliser des économies de coûts liés au système d’information. Cela est d’autant plus fort pour les PME où les investissements liés à l’infrastructure informatique sont considérables versus la structure.

Les solutions de virtualisation serveurs sont apparues au cours des années 2000. On dispose désormais d’un vrai recul pour estimer le gain économique associé.

Mutualiser les ressources informatiques au sein de votre société aura-t-il réellement pour conséquence une économie de coûts ?

 

Virtualisation serveurs : une technologie qui nécessite un coût initial

Il est indéniable qu’une solution de virtualisation implique un coût d’acquisition.  En effet, la virtualisation fait appel au logiciel pour simuler l’existence du matériel et créer un système informatique virtuel. Chaque système informatique virtuel correspond à une « machine virtuelle » (VM), c’est-à-dire à un conteneur de logiciels totalement isolé et doté d’un système d’exploitation et d’applications propres. Il faut donc obtenir les solutions logicielles.

A cela s’ajoute des coûts d’installation et par la suite de maintenance de ces outils.

Si vous ne déléguez pas la gestion de la virtualisation de vos serveurs, cela nécessitera des compétences techniques en interne. Les solutions de virtualisation demandent un niveau d’expertise plus avancé pour les maintenir en condition opérationnelle.

Il faut aussi savoir que les solutions de virtualisation demandent des infrastructures plus riches. Traditionnellement, les entreprises font face aux limitations des serveurs x86, qui ont été conçus pour exécuter un seul système d’exploitation. Avec la virtualisation, l’installation de plusieurs machines virtuelles sur un ordinateur permettra d’exécuter différents systèmes d’exploitation et applications sur un seul et même serveur physique. L’hyperviseur (une couche logicielle) allouera dynamiquement les ressources informatiques aux différentes VM en fonction des besoins.

On comprend aisément que ces solutions impliquent d’avoir recours à des machines évolutives, performantes et sécurisées.

Alors, comment expliquer que la virtualisation serveurs a eu autant de succès ?

Lorsque l’on parle virtualisation serveurs et rentabilité, il s’agit de ne pas regarder uniquement les CAPEX. Les gains sont plus au niveau opérationnel et concernent par conséquent les OPEX.

Les solutions de virtualisation permettent d’augmenter la flexibilité, la productivité et l’évolutivité de votre infrastructure informatique :

  • Des interruptions de services éliminées ou fortement minimisées : réduction des SPOFS (Single Points of Failure) au  niveau de l’architecture physique
  • Une disponibilité optimisée pour plus de performance
  • Une accélération du déploiement des charges de travail
  • Un provisionnement plus rapide des applications et ressources : gestion dynamique de la mémoire, mutualisation des coeurs-CPU, … (thin-provisionning)
  • Une gestion simplifiée pour les administrateurs pour leur faire gagner du temps et se recentrer sur d’autres activités
  • Une réduction des coûts liés à la diminution de vos serveurs physiques

 

Conseils et astuces

Toutes les versions de logiciels de virtualisation ne sont pas forcément ultra-coûteuses. Selon les fonctionnalités retenues, le coût de la licence sera variable. Vous pouvez choisir de déployer un hyperviseur de base (OS de virtualisation) avec un coût licence égal à 0.

N’hésitez pas à confier la virtualisation serveurs à un expert. Comme expliqué précédemment, les solutions de virtualisation nécessitent des compétences techniques, rares et coûteuses. Déléguer cette opération à un professionnel est le moyen de vous garantir le succès de votre projet.