blog services heberges

La migration cloud : les 5 erreurs à éviter

La migration cloud devient un moyen de plus en plus populaire pour booster les performances de votre entreprise. Les avantages du cloud computing sont nombreux, allant d’une sécurité renforcée à une meilleure agilité en passant par des économies de coûts, et les statistiques d’adoption du cloud reflètent l’attrait croissant des applications basées sur le nuage. 94 % des entreprises utilisent déjà au moins un service cloud et il est prévu que 83 % des charges de travail des entreprises seront gérées dans le cloud d’ici 2023. De plus, 30 % de tous les budgets informatiques sont actuellement alloués au cloud computing. Si vous envisagez de migrer vers le cloud, connaître les erreurs courantes à éviter peut vous donner un avantage significatif avant, pendant et après cette transition, et vous aider à rendre votre migration cloud aussi réussie et rentable que possible.

 Dans le cadre de votre migration vers un fournisseur de services hébergés, attention à ces erreurs communes ! Se poser les bonnes questions est indispensable : Pourquoi la migration cloud échoue-t-elle ? Comment pouvez-vous l’éviter ? Cet article partagera les cinq erreurs courantes de migration cloud que vous devez éviter et les éléments à prendre en compte pour une transition en douceur vers le cloud.

Entièrement d’accord pour la migration cloud, cet article vient attirer votre attention sur les 5 erreurs à ne pas commettre dans ce processus. Bien sûr, il existe des préalables à régler pour bénéficier pleinement du cloud.

Au programme de cet article

Erreur n°1 : Attention à ne pas surestimer vos besoins

Dans le processus de migration cloud, vous devez énumérer vos besoins. Le cloud tel que nous l’avons connu ne sera point statique. Vos besoins actuels peuvent être obsolètes demain. Puisque l’informatique est de plus en plus dynamique avec toujours plus d’innovations. Soyez raisonnable dans l’évaluation de vos besoins. Ayez à l’idée qu’une ressource non utilisée constitue du gaspillage bien coûteux pour votre entreprise.

Faites le bon diagnostic sans complaisance ni extrapolation. Elaborez avec les techniciens informatiques, votre cahier de charges qui doit être clair, précis et concis.

De nombreux aspects doivent être pris en compte lors de la création d’un plan de migration cloud robuste. Mais le plus important est d’examiner votre infrastructure actuelle.

Voyez comment vous travaillez actuellement et réfléchissez aux parties de votre infrastructure qui devraient migrer vers le cloud.

Prenez votre temps pour bien comprendre toutes les applications et charges de travail, celles qui interagiront les unes avec les autres, ou si des parties de votre infrastructure devront être intégrées à d’autres services.

Lorsqu’il s’agit de sélectionner un fournisseur de cloud, les exigences que vous avez et les critères d’évaluation que vous utilisez seront uniques à votre organisation. Cependant, il existe certains domaines communs sur lesquels se concentrer lors de toute évaluation de fournisseur de services.

Ils sont regroupés en 8 sections pour vous aider à comparer efficacement les fournisseurs et à en sélectionner un qui offre la valeur et les avantages que votre organisation attend du cloud.

Erreur n°2 : Ne pas planifier sa migration

Trop souvent, les entreprises se lancent dans des migrations vers le cloud sans plan concret. Sans cet effort initial, les organisations risquent d’être à la dérive sans objectif ni direction clairs. Une entreprise doit également savoir pourquoi elle souhaite migrer, et les équipes informatiques doivent comprendre en quoi ce changement bénéficiera réellement à l’entreprise.

La migration aveugle des applications et des charges de travail vers le cloud nuira beaucoup à votre entreprise. Non seulement cela est coûteux et perturbateur, mais entraînera des problèmes tels que des goulots d’étranglement de performances, des interruptions de travail, des vulnérabilités de sécurité, ainsi qu’une exposition aux risques des ressources de votre entreprise à long terme.

Bien que vous disposiez très certainement du talent et de l’expertise internes pour prendre en charge un centre de données traditionnel, votre organisation peut avoir besoin de connaissances pour élaborer une stratégie de migration cloud approfondie. Vous ne disposez probablement pas d’outils d’automatisation spécialisés en interne pour créer et mettre en œuvre cette stratégie. Vous aurez, pour cette raison, besoin d’un partenaire spécialisé. Quelle que soit la complexité de votre environnement de services métier, un fournisseur de service spécialisé peut vous fournir les données et les informations nécessaires pour planifier votre transformation.

Erreur n°3 : Ne pas avoir quelqu’un dédié au projet ou mal choisir son partenaire

services heberges cloud

La migration vers le cloud est complexe dans le meilleur des cas, et encore plus compliquée lorsque des systèmes hérités et de grandes quantités de données sont impliqués. Essayer de migrer seul sans les compétences nécessaires en interne peut être une recette pour un désastre.

Vous souhaitez que la migration cloud soit alignée avec la stratégie de votre entreprise ? Si tel est le cas, vous aurez besoin d’un spécialiste expérimenté, ou mieux de toute une équipe de spécialistes, qui connaît la corde à suivre pour mener à bien des projets de migration vers le cloud. Une telle équipe de mise en œuvre a besoin non seulement de compétences en gestion, mais également d’une expérience mûrie et d’une compréhension approfondie de l’environnement cloud.

Travailler avec un partenaire spécialisé dans la migration cloud peut vous aider dans tous les aspects, du choix de votre stratégie au choix des charges de travail à déplacer en premier, en passant par les aspects pratiques de la migration elle-même.

De plus, vos experts en cloud seront également utiles après la migration. Leur aide sera inestimable pour les activités de maintenance, mais aussi pour la résolution de problèmes, l’optimisation et le partage des connaissances.

Erreur n°4 : Méfiez-vous des offres d’essai gratuit

Un piège dans lequel, vous tombez souvent. S’abonner aux offres gratuites. Certes, vous avez le droit de passer des tests chez plusieurs fournisseurs afin d’en retenir le plus offrant et le moins-disant (comme par exemple les fournisseurs Amazon Web Service, Ibm cloud, Windows Azure…). Mais vous oubliez de vous désabonner à l’issue de l’essai. Mieux vous commettez l’erreur de ne pas lire jusqu’au bout les politiques de ventes ou de cet essai gratuit. Ainsi, vous vous retrouvez contre toute attente en face des factures impayées ou vos données dans des data-centers dont vous n’avez pas idée. Nous vous conseillons d’avoir la présence d’esprit de rompre le contrat d’abonnement à cette période d’essai.

Si vous avez des problèmes de budgétisation pour l’adoption de la plateforme cloud, les offres d’essai gratuit et à faible coût vous traverseront sans aucun doute l’esprit à un moment donné.

Un essai gratuit est, cependant, ne permet aux utilisateurs d’essayer un service sans frais que seulement pendant une période de temps définie (généralement courte) et sans avoir accès à toutes les fonctionnalités disponibles.

Il existe deux façons courantes pour les entreprises de structurer les modèles d’offres gratuites :

Le modèle à fonctionnalités réduites est conçu pour permettre aux utilisateurs d’accéder gratuitement à un ensemble limité de fonctionnalités du logiciel. Pour accéder à des fonctionnalités supplémentaires, les utilisateurs doivent effectuer une mise à niveau vers l’une des options de progiciel payant.

Le modèle à capacité réduite, en revanche, vous permet d’accéder à toutes les fonctionnalités du logiciel, mais limite ce que vous pouvez faire dans le produit ou le nombre de personnes pouvant y accéder.

Par exemple, vous ne pouvez être autorisé à avoir que cinq utilisateurs enregistrés ou être limité à seulement deux projets actifs à la fois. La seule façon d’augmenter votre utilisation est d’opter pour l’un des progiciels payants.

Erreur n°5 : Soyez prudents lors des transactions de stockage

Vos données ont une plus grande valeur. Ne commettez plus l’erreur de transférer vos données les plus complexes ou les plus importantes sur des serveurs virtuels à priori gratuit. En réalité, au cas où vous changez d’avis par rapport à ce fournisseur, vous risquez de payer plus d’argent que prévu. Vos données ont une forte valeur. Et fort de cela, les fournisseurs savent que vous serez prêts à payer tout pour récupérer vos données les plus complexes ou les plus importantes. Soyez donc sûr de l’offre de votre prestataire de services informatiques et ayez les garanties nécessaires avant de vous y lancer.

Certaines entreprises ne réfléchissent pas à la manière dont leurs données et applications seront prises en charge après la transition vers le cloud. Elles partent du principe, erroné, qu’aucun support n’est nécessaire puisque tout est dans la solution cloud. Ces entreprises sont prises au dépourvu lorsqu’elles rencontrent des problèmes avec leurs données ou leurs applications.

Dans le cadre de la stratégie de migration cloud, il convient de déterminer clairement qui est responsable de la prise en charge des données dans le cloud, de définir une stratégie d’assistance et de définir des points d’escalade, le cas échéant.

Prenez toute votre patience et gardez votre calme. Les transactions de stockage sont difficilement quantifiables. Vous ne pourrez définir au préalable la consommation virtuelle et l’espace utile que nécessiteront vos opérations.

La généralisation d’accès du cloud à toutes les entreprises, vient pour soulager vos tracasseries. Vos données seront mieux sécurisées et bien entretenues. Avant de prendre une décision quant au choix de votre fournisseur, rassurez-vous d’avoir l’offre qui répond parfaitement à vos besoins. Toutefois, il faut que ces besoins soient minutieusement établis sur une période de court terme. Le bon prestataire de services informatiques est souvent près de vous.

Les enjeux d’une migration cloud réussie

La migration est un processus compliqué, mais ce n’est pas un art obscur, et pour surmonter certains des défis les plus courants, il suffit souvent de s’y préparer. Une migration cloud réussie signifie que vous avez transféré avec succès les services essentiels depuis le matériel sur site et colocalisé vers des fournisseurs de services cloud. En utilisant ces services, vous pouvez gérer votre infrastructure informatique à distance, en éliminant le risque de sécurité, les tracas et les dépenses associés à la maintenance du matériel sur site. Les raisons de migrer vers le cloud sont infinies, et il existe plusieurs avantages pour améliorer la productivité et les performances de votre entreprise.

L’une des solutions informatiques majeures sur laquelle s’appuie la digitalisation pour accentuer la transformation structurelle des entreprises reste le cloud.
Economique et très puissant, le cloud a l’avantage d’être le moteur central de plus d’une suite logicielle, dont l’utilisation totale ou partielle a déjà impacté de façon substantielle des milliers d’entreprises. Convaincu de l’utilité de l’hébergement cloud, les entreprises sont à la phase de son adoption définitive ce qui va engendrer la migration vers le cloud des infrastructures informatiques de l’entreprise.

Quels sont les types de stratégies de migration vers le cloud ?

expert axido Christophe

Besoin d'en savoir plus ?

Nos experts répondent à toutes vos questions

Il existe un cadre bien connu pour organiser vos stratégies de migration cloud : c’est ce qu’on appelle « Les 6 R de la migration vers le cloud ». Toutes les entreprises n’effectueront pas chaque étape, mais considérez cela comme un guide pour illustrer les nombreux chemins possibles qu’une organisation peut emprunter. Une fois que vous aurez examiné leurs détails, vous disposerez de plus de contexte pour comprendre dans quelle direction mener votre stratégie de migration.

Rehosting (Réhébergement)

Le réhébergement est souvent appelé « lift and shift ». Il n’y a pas de grand changement architectural dans les serveurs et les applications dans cette situation. Ils sont simplement prélevés sur site et déplacés vers le même type de système sur le cloud. Les organisations qui commencent tout juste leur parcours de migration cloud utiliseront souvent la stratégie lift-and-shift.

Replatforming (Nouvelle plate-forme)

Le replatforming est un processus qui optimise l’application pendant la phase de migration cloud. Cela nécessite des connaissances et des apports en programmation. Vous pouvez passer de votre propre système de base de données à une base de données gérée hébergée sur un fournisseur de cloud. Dans ce type de migration, vous vous en tenez à une technologie sous-jacente similaire, mais modifiez le modèle commercial et bénéficiez de la résilience du cloud comme un énorme bonus.

Rachat (Repurchasing)

Cette stratégie de migration cloud comprend un passage complet à un autre produit. Cela pourrait signifier mettre fin aux licences existantes ou réorienter les services vers de nouvelles plates-formes et de nouveaux services. Dans ce cas, certains exemples d’une application abandonnée peuvent être un système CRM ou une application spécifique à l’industrie qui n’a pas été créée pour être exécutée sur le cloud. Cependant, il peut en être un qui n’a pas de code moderne ou qui ne peut pas être transporté d’un fournisseur à l’autre. Lors du transfert vers un nouveau produit ou de l’utilisation d’une plate-forme propriétaire, la stratégie de «repurchasing» est utilisée.

Refactoring (Redéveloppement)

Le Refactoring consiste essentiellement à reconcevoir. Cela est souvent motivé par le désir d’améliorer une application ou un service. Cela peut être dû à divers facteurs tels que la difficulté à améliorer l’environnement ou la nécessité d’augmenter la disponibilité et la fiabilité d’une application pour répondre aux pics de trafic anticipés.

Le moment du refactoring est important. Bien qu’il soit possible de ré-architecturer l’application pendant la phase de migration si l’application n’est pas critique, il est généralement préférable de le faire plus tard dans le projet. Il est important de se rappeler que la refactoring peut prendre un certain temps et nécessite une expertise.

Retiring (Retrait)

Cette stratégie consiste à identifier les actifs qui peuvent être retirés afin que l’entreprise puisse se concentrer sur les services les plus utilisés et ayant une valeur immédiate. C’est une façon intéressante d’aborder votre bibliothèque d’applications existante car même s’il peut y avoir de gros changements à apporter, vous pouvez les voir comme des opportunités.

Retaining (Conservation)

sauvegarde cloud

Certaines applications peuvent être trop difficiles à migrer, vous pouvez donc les conserver. C’est à ce moment que vous passez dans l’espace hybride, comme beaucoup d’autres entreprises prospères. Il peut y avoir diverses raisons pour lesquelles vous souhaitez conserver certains de vos déploiements sur site existants : si vous êtes actuellement soumis à des réglementations ou avez des règles concernant le stockage ou le fonctionnement de certains aspects de vos applications, services ou données métier sur site ou dans des domaines spécifiques, cette approche peut être une bonne option.

microsoft

Windows 10 : comment protéger ses postes de travail ?

Protéger les systèmes informatiques des entreprises est une priorité absolue face aux multiples cyberattaques. Il n’existe pas de solutions clé en main. C’est un ensemble de mesure qui permet une protection efficace du système. Plusieurs paramètres sont également à prendre en compte pour améliorer la sécurité comme la mise en place d’un processus d’authentification, la surveillance du réseau, des messageries, des serveurs et tout autre objet connecté au système.

 

 

Ayez recours à un service informatique de qualité

 

Pour une gestion optimale, il est important pour une grande entreprise de posséder un service informatique avec une unité spécifique à la cybersécurité représentée par de véritables experts en la matière. Pour de plus petites structures, il est plus judicieux de s’en remettre à un infogérant, c’est-à-dire un prestataire de service chargé de la maintenance du système d’information.
Mais en premier lieu, avant la mise en place des mesures de sécurité, il est impératif de cibler de manière précise les besoins de l’entreprise comme le respect des réglementations en vigueur tel que le règlement général sur la protection des données de l’Union européenne (RGPD) ou toutes autres lois informatiques.

 

 

Mettez à jour Windows 10 régulièrement

 

Les mises à jour Windows 10 sont une part importante dans le renforcement de la sécurité de vos postes de travail. Le système en planifie deux sortes. Une dite de qualité effectuée une fois par mois pour la sécurité et une autre dite de fonctionnalité programmée deux fois par an.
Pour des problèmes plus importants de sécurité, une mise à jour exceptionnelle peut-être décidée par Microsoft.
Pour les gros systèmes, l’entreprise centralisera la gestion des mises à jour pour une plus grande efficacité.
À noter que les mises à jour des applications (Suite Office, Adobe, etc…) doivent être également installées afin de garantir une meilleure protection.

 

 

Prenez la main sur la gestion des comptes utilisateurs grâce à Windows 10

 

La gestion des comptes utilisateurs requiert une attention particulière quant à la sécurité qui en découle.
Sous Windows, il existe trois genres de compte pour vos postes de travail :
– Le compte local qui nécessite uniquement la création d’un identifiant et d’un mot de passe sur l’appareil. Il ne nécessite aucune connexion réseau et ne donne accès qu’à la machine sur laquelle il a été créé.
– Le compte Microsoft est un compte en ligne permettant la synchronisation des données ainsi qu’un accès aux différents abonnements comme Office 365, OneDrive, etc…
– Les comptes Active Directory ou Azure Active Directory. Ils permettent une plus grande protection des données. Le premier se crée sur un contrôleur de domaine (serveur Windows) et sert à l’identification, l’authentification et l’attribution des droits d’un utilisateur. Le deuxième est identique mais se crée sur le cloud Azure et non sur un serveur local. Sur des machines professionnelles, les administrateurs peuvent utiliser Windows Hello Entreprise. Il renforce la sécurité du réseau à l’aide notamment d’un système d’authentification à multi-facteurs. Azure Information Protection et Azure Rights Management sont des services à ne pas négliger pour une plus grande sécurité.

 

 

Protégez vos données avec Windows 10

 

Notre partenaire Microsoft a intégré sur les versions professionnelles de Windows 10 le système de cryptage BitLocker pour la protection des données en cas de perte ou de vol d’un appareil portable. Le matériel se doit d’être doté d’une puce « Trusted Platform Module » dit TPM pour activer le logiciel de chiffrement. Le cryptage est basé sur la norme XTS-AES avec possibilité de moduler la puissance (128 ou 256 bits).
Sa configuration se fait sur un compte Active Directory ou Azure AD. Les systèmes de stockage de données portables (Disque dur, MicroSD, clé USB) seront protégés à l’aide de BitLocker To Go que l’on décryptera à l’aide d’un mot de passe.
Outre les logiciels antivirus professionnels et anti-malwares intégrés au système Windows, un pare-feu est associé au système. Activé par défaut, il prend en charge trois types de réseaux : Domaine, privé et public. Windows 10 Entreprise propose également « Microsoft Defender pour point de terminaison », une plateforme de sécurité permettant de protéger les entreprises des menaces informatiques. La protection SmartScreen permet également aux entreprises de se défendre contre le téléchargement malveillant et le phishing (Hameçonnage)

Protéger les entreprises bénéficiant d’un système professionnel Windows 10 demande une surveillance constante du système informatique. Un service entièrement dédié à la sécurité pour les grande entreprises ou une infogérance informatique pour les plus petites, des mises à jour régulières, une bonne gestion des comptes utilisateurs, une protection des données à l’aide d’un système de cryptage, des antivirus, des anti-malwares, des pare-feux ainsi que des services proposés par Microsoft (Windows Hello Entreprise, Azure Information Protection, Azure Rights Management, Microsoft Defender pour point de terminaison, SmartScreen) sont des mesures de protection des postes de travail contre les attaques informatiques risquant de mettre en péril la stabilité et l’intégrité de l’entreprise. Par ailleurs, il est fortement conseillé d’effectuer un audit de sécurité informatique afin de détecter et colmater les éventuelles failles.

sauvegarder ses donnees securite

PME : vos sauvegardes externalisées fonctionnent-elles vraiment ?

Votre PME a recours à un système d’externalisation informatique et vous êtes attentifs à ce que vos sauvegardes soient régulières. Cette démarche et cette organisation peuvent sembler idéales, si vos sauvegardes externalisées fonctionnent vraiment. Mais, à moins d’avoir un incident qui nécessitent que vos sauvegardes soient restaurées, vous n’avez aucune certitude que votre système fonctionne de la manière souhaitée ? Vos données et votre infrastructure informatique, cruciales au bon fonctionnement de votre activité sont-elles correctement enregistrées comme il le faudrait ?

 

 

Quelle démarche adopter pour tester les sauvegardes en entreprise ?

 

Une fois votre système de sauvegardes externalisées déployé, il est nécessaire de tester son fonctionnement. Pour s’en assurer, voici les étapes à respecter :

  • Choisissez un créneau de sauvegarde (date et heure) pour la prochaine sauvegarde automatique.
  • Créez un nouveau dossier ou fichier au nom et au contenu de votre choix.
  • Placez ce dernier dans un emplacement dont vous êtes certains qu’il sera inclus dans le procédé de sauvegarde automatique.

Il ne vous reste plus qu’à naviguer à travers les différents dossiers et les fichiers de la sauvegarde. Ces derniers seront présents sur la plateforme de votre sauvegarde externalisée. Cette dernière peut se trouver sur un disque dur externe, sur un serveur, ou sur un cloud hébergé hors site pour plus de sécurité. La meilleure solution à l’heure actuelle reste le cloud Azure de Microsoft. Vous pouvez ensuite vérifier que le fichier ou dossier créé avant la sauvegarde se trouve bien dans le répertoire de cette dernière. Cette méthode, relativement simple, vous assure que les sauvegardes automatiques ont correctement lieu. Toutefois il existe d’autres méthodes de vérification.

 

 

Quels sont les autres moyens de tester ses sauvegardes ?

 

Afin de vérifier que votre système de sauvegarde externalisée fonctionne de manière automatique et optimal, vous pouvez consulter la date qui figure dans les métadonnées. Cette dernière vous donne avec précision le jour et l’heure à laquelle la sauvegarde a eu lieu. Ainsi, la date de création ou de modification devra correspondre à la date et à l’heure de la toute dernière sauvegarde.

 

 

Que faire dans le cas où mon système de sauvegarde automatique ne fonctionne pas ?

 

Si ces tests ne sont pas concluants, votre système présente une défaillance. Cette dernière peut s’avérer particulièrement dangereuse, notamment en cas de cyberattaques, de sinistres ou de tout autre incident pouvant impacter votre parc de serveurs. Vos données et votre infrastructure informatique sont au coeur de votre activité et doivent être protégées.

Les meilleures solutions sur le marché vous offrent la possibilité d’avoir accès 24h/24 et 7J/7 à une hotline dédiée. Mais la solution parfaite devra aller plus loin. Afin de prévenir ce genre d’incident et de vous assurer une réelle sérénité quant à vos données, à votre infrastructure et à votre infogérance serveurs votre prestataire de services informatiques devra vous permettre d’effectuer des tests réguliers, programmés ou à votre demande, pour tester la qualité et la rapidité de restauration de vos sauvegardes externalisées.

 

 

Pourquoi choisir un prestataire informatique pour l’externalisation de votre SI ?

 

Votre prestataire peut aussi s’occuper de la gestion de votre infrastructure et de l’ensemble des fichiers importants de votre entreprise. L’offre proposée devra donc mettre en place un système de sauvegarde régulière de vos fichiers et de contrôle régulier de son bon fonctionnement. A cette fin, il est crucial de recourir à la sauvegarde externalisée pour votre entreprise. Cette dernière peut concerner les données de votre SI, c’est à dire l’ensemble des mails, des documents et des informations nécessaires à votre activité, ou votre infrastructure, c’est à dire vos serveurs, votre cloud, votre système informatique dans son ensemble. La meilleure solution reste évidemment de procéder aux sauvegardes externalisées de ces deux éléments.

microsoft cloud

Comment Microsoft a orienté sa stratégie cloud vers une solution 3 en 1

De plus en plus d’entreprises adoptent le Cloud computing, séduites par ses nombreux avantages. Effectivement, cette solution leur permet de gagner en flexibilité et d’améliorer la productivité tout en réduisant les coûts. Les résultats sont d’autant plus optimisés avec Microsoft, grâce à sa solution qui combine trois outils, que sont Microsoft Azure, Dynamics 365 et Office 365. Cette solution 3 en 1 augmente la performance de l’entreprise, grâce à la digitalisation de l’ensemble des processus métiers.

 

 

Principe et fonctionnement de la solution 3 Cloud de Microsoft

 

La solution mise en avant par notre partenaire Microsoft se présente comme une véritable innovation dans l’environnement du Cloud computing. En effet, l’éditeur ne s’est pas contenté d’offrir une infrastructure de base pour l’hébergement des données de l’entreprise. Il a mis en place une solution complète qui accélère la digitalisation en la menant de manière globale.

Celle-ci combine Azure, la plateforme d’appui, Dynamics 365 proposant les applications métier et Office 365 incluant les outils de travail ainsi que les applications collaboratives. Cette association permet de couvrir l’ensemble des domaines qui concourent au fonctionnement de l’entreprise, et de les digitaliser. Dans le même temps, elle facilite l’accès aux applications métier ainsi qu’aux données.

 

 

Solution 3 Cloud de Microsoft en détails

 

La vision 3 Cloud de Microsoft a pour objectif d’offrir aux entreprises une solution complète, qui permet de combler l’ensemble de leurs besoins. Ainsi, à travers chaque plateforme, l’éditeur propose une palette d’outils, correspondant à différents métiers.

 

Azure, le socle

Azure représente la plateforme Cloud sur laquelle reposent les services de Microsoft. Cette solution donne accès à un service de stockage et à des outils de diffusion de contenus. À cela s’ajoutent des solutions d’entreprise développées par Microsoft, telles que SQL Server, Active Directory ou Azure IoT Suite, ou par des sociétés partenaires.

 

Office 365 Cloud

Il s’agit de la version Cloud de la solution classique de Microsoft. Office 365 Cloud vous permet d’accéder aux outils de travail et à vos documents partout et à tout moment. Elle facilite ainsi le travail en équipe.

 

Dynamics 365 Cloud

Cette solution permet à l’entreprise de réunir ses processus métier sur une seule et unique plateforme. Elle englobe en effet des outils ERP, CRM et SIRH.

 

 

Avantages de la solution 3 Cloud de Microsoft

 

La solution 3 Cloud de Microsoft se démarque par l’étendue des services qu’elle englobe. Grâce à elle, vous bénéficiez à la fois d’un espace de stockage sécurisé et d’applications utiles pour la gestion de vos processus métier.

Elle vous permet également de gagner en flexibilité. En effet, elle offre à votre entreprise un espace de travail mobile. Vos collaborateurs disposent alors de tous les outils de travail qui leur sont utiles, où qu’ils soient.

À travers sa solution 3 en 1, Microsoft soutient en outre le travail collaboratif. Elle permet effectivement de sortir des silos qui peuvent exister entre les équipes et les applications de gestion. Cette organisation transversale vous fait gagner en agilité et améliore la performance générale de votre entreprise.

Pour tirer profit de cette solution, vous pouvez demander l’aide d’un spécialiste et partenaire de Microsoft, comme Axido, en mesure de l’intégrer correctement à votre système.